Savourer la douceur de vivre et le bonheur des choses imparfaites

Quel beau slogan ! Je l’ai vu sur un périodique qui me fait de l’œil depuis déjà pas mal de temps.

Je me suis enfin acheté un numéro du magazine « flow ».

Aimez-vous les magazines ?

Je n’ai pas encore terminé de le feuilleter, mais déjà emballée par le premier article.

Souvent choisi pour leur couverture, les gros titres, les photos, un nom… Ils s’adaptent à la tendance des discussions qui remplissent nos pauses café le matin au bureau.

En général, je les feuillette dans la salle d’attente de mon médecin. Alors qu’elle a déjà une heure de retard, je lis déjà le dixième article à scandale d’il y a six mois. Mais cette fois-ci, j’ai pu choisir celui qui m’intéressait.

Voici sa couverture de celui que je voulais découvrir depuis déjà un moment ! Le prix est plus que raisonnable 7.90€. Le numéro 45 accompagné de sa phrase choc « L’espoir est contagieux, comme le rire » de Joan Baez. Qu’en pensez-vous ? L’espoir se transmet-il ? Est-ce que croire dans les choses que je ne vois pas peut se communiquer ? Est-ce que ma conviction « le meilleur reste à venir » peut se propager ?

Les premières pages m’ont tout de suite séduite, la mise en page est parfaite, les couleurs attrayantes et le sujet abordé comme je le disais est plus que d’actualité « Le temps du partage ».

Pas seulement un article qui vante, ce nouveau mode de vie (il y a maintenant dix ans) qui prône le partage, l’échange, mieux consommer, l’importance de l’écologie, éviter le gaspillage …

Mais un écrit qui nous présente Harmen van Sprang le fondateur de shareNL. Celui-ci nous interroge sur la question :

Que cachent parfois ces entreprises, ces gestes qui paraissent si louables ? Le chroniqueur l’explique mieux que moi, je vous conseille de lire l’article.

Ce que je retiens ?

Ce qui compte n’est pas ce qu’on partage, mais le lien qui peut se créer entre deux personnes, entre des voisins, des amis. N’est-ce pas finalement le principal ? Les relations humaines.  Que de plus beau que l’amour entre deux êtres, un moment de joie partagée, la paix entre voisins, la patience d’une amie, la bonté d’un collègue …

Si l’échange de bouquins dans une boite à livre, l’échange d’un appartement, le prêt d’une tondeuse peut permettre de resserrer les liens dans une société qui n’a jamais été aussi individualiste et centrée sur elle-même alors je valide à 100% : le temps du partage.

J’aimerais par la même occasion vous conseiller ce livre 😊

Savourer la douceur de vivre et le bonheur des choses imparfaites

Un commentaire sur “Savourer la douceur de vivre et le bonheur des choses imparfaites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut