Se le dire enfin – Agnès LEDIG

J’ai fermé hier soir le dernier roman d’Agnès Ledig. Entre l’envie frénétique de vouloir savoir comment tout allait se terminer et la mélancolie de quitter tous ces personnages avec lesquels je me suis attachée au fil des pages, l’envie de leur donner encore un peu la main pour les accompagne sur leur chemin. J’ai lu tous les livres d’Agnès Ledig et il y avait pour moi toujours la même mécanique. Lorsque j’ai commencé ce roman, il m’a semblé différent.

Edouard, quinquagénaire, passe des vacances en Bretagne. Sur le quai de Vannes, poussé par le hasard, le destin ? Il part sans raison apparente dans un bus.

Nous nous retrouvons alors au cœur la légendaire forêt de Brocéliande, forêt d’un autre âge. En plongeant dans cette forêt mystérieuse, nous sommes invités à nous immerger en nous-mêmes pour retrouver du sens, l’essence de nos existences en s’éveillant à ce que veulent nous dire tous nos sens. En quête de réponse après une vie entre parenthèse pendant trente ans, il y rencontre Gaëlle, chambre d’hôte et sculptrice. Elle vit avec son fils Gauvain, dont le mutisme semble cacher un grand secret. Il côtoie aussi Suzann, une auteure anglaise venue chercher l’inspiration dans les bois. La mystérieuse et charmante Adèle conte les aventures de la forêt, tandis que Platon, le chat, rode et observe. Il ne faudrait pas oublier Raymond, le vieux voisin bourru qui veille d’un regard paternel sur toute cette maisonnée.

Ce récit est une invitation à nous déconnecter de nos vies à 100 kilomètres à l’heure pour nous reconnecter à l’essentiel, retrouver le naturel dans le contact avec la nature. Pas après pas, sur le Doux chemin, chacun y retrouve son cœur, ses rêves, des secrets enfouis, ceux que l’on a oublié et ceux que l’on a caché au plus profond de nous-mêmes jusqu’à en devenir une autre personne.

J’ai trouvé que ce dernier roman d’Agnès Ledig avait gagné en maturité par rapport aux précédents ouvrages. La construction des personnages, l’élaboration de l’intrigue, le suspens qui monte et nous entraîne à tourner une page, puis une autre et encore une page de plus. Il y en a parfois un peu trop peut-être, le désir d’aborder trop de sujets qui tiennent à cœur. Chaque personnage porte en lui le possible d’un livre dédié. Mais ces vies qui se mêlent créent un tableau des plus riches à la profondeur très large qui nous emmène un peu vers notre propre Brocéliande. Brocéliande, cette part de magie ou de divin, tout proche de nous dont on a juste à pousser la porte pour en découvrir des richesses infinies.

Ce récit est un chemin. Le chemin vers les autres, le chemin vers nous-mêmes qui nous pousse à « se le dire enfin » et rattraper notre destin. Un chemin vers la vérité pour la partager et la faire émerger. Un chemin qui libère et pousse vers la vie. Alors avant de plonger dans ce récit au cœur de Brocéliande, n’oubliez pas vos chaussures ou alors osez les pieds nus pour « se le dire enfin » en cœur à cœur.

*Se le dire enfin de Agnès Ledig aux éditions Flammarion, février 2020

Se le dire enfin – Agnès LEDIG

Un commentaire sur “Se le dire enfin – Agnès LEDIG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut